Thématique

Ma recherche porte sur l’évolution de l’appareil masticateur des rongeurs hystricomorphes. L’hystricomorphie correspond à un plan d’organisation défini par une association cranio-musculaire dans laquelle le foramen infra-orbitaire est élargi et laisse passer une partie du muscle zygommassétérique au travers pour rejoindre le rostre. Cette condition morphologique est particulièrement intéressante puisqu’elle émerge très tôt dans l’histoire évolutive des Rodentia et apparaît de manière indépendante et parfois obscure chez plusieurs clades parmi les Ctenohystrica, les Anomaluromorpha, les Gliridae, les Dipodoidea et le groupe fossile des Theridomyoidea.

Je travaille essentiellement sur les structures cranio-mandibulaires et la musculature associée des espèces actuelles dans le but de décrire la variation morphologique chez ce groupe en contexte évolutif et de comprendre comment et pourquoi l’architecture musculaire covarie avec la forme cranio-mandibulaire chez différents clades.

Les objectifs principaux de ma thèse sont de déterminer s’il existe une convergence des mouvements masticatoires en fonction de la morphologie et de mettre en évidence si leur évolution a influencé leur diversification au cours du temps. Pour ce faire, plusieurs approches méthodologiques telles que l’anatomie comparée, la morphométrie géométrique, la cinéradiographie ou encore des mesures de forces musculaires et de morsure seront utilisées.

Mots-clés :

Rongeurs – Appareil masticateur – Morphologie – Muscles – Biomécanique
 

Directeur·ice(s) de thèse :

Anthony Herrel (UMR 7179, MNHN Paris)
 

Publications