Par Mélanie PlourdeCentre de recherche sur le vieillissementUniversité de Sherbrooke, Canada