Lieu: en visio (uniquement)

RésuméDepuis les années 90, de nombreuses études ont démontré un net déclin des oiseaux inféodés aux milieux agricoles qui serait dû à des modifications anthropiques du paysage (perte d’habitats ou homogénéisation des paysages agricoles). Un autre aspect qui est souvent avancé pour expliquer ce déclin est l’utilisation grandissante de pesticides dans les paysages agricoles. Ces pesticides sont fortement suspectés d’entraîner des effets négatifs directs (toxicité) ou indirects (diminution des ressources alimentaires, notamment des insectes) sur l’avifaune. Mon projet de thèse vise à mieux comprendre le rôle relatif des changements d’habitats et de l’utilisation des pesticides dans les changements des populations d’oiseaux, en étudiant les paysages viticoles. Ainsi, ce projet évaluera les tendances démographiques d’espèces d’oiseaux dans les vignobles, à partir de données de sciences participatives génériques ou de suivis dédiés au milieu agricole ; celles-ci seront mises en relation avec les traits d’histoire de vie des espèces, et seront également comparées avec celles observées dans d’autres cultures. De plus, nous allons évaluer le degré de contamination aux pesticides de deux espèces en mobilisant le réseau de bagueurs afin d’obtenir des données de contamination à l’échelle nationale. Ainsi, en combinant ces différentes approches, cela nous permettra non seulement d’évaluer le degré de contamination des oiseaux vivants dans les milieux agricoles et viticoles, mais également de comprendre dans quelle mesure les pratiques viticoles (ou agricoles) représentent un risque pour ces populations d’oiseaux.