Marc Théry nous a quittés  le dimanche 2 janvier 2022 à l’âge de 60 ans. 

Il était directeur de recherche au CNRS au sein de l’Unité Mécanismes Adaptatifs et Evolution. Il avait intégré le Laboratoire ECOTROP du MNHN à Brunoy pour réaliser son DEA sur l’écologie du merle noir en zone péri-urbaine, puis sa thèse sur l’écologie des Passereaux de la famille des Pipridés en forêt tropicale.

Passionné au début de sa carrière par la communication visuelle chez les oiseaux de forêt tropicale dans le cadre de la sélection sexuelle, il a effectué une grande partie de ses travaux de terrain en forêt en Guyane Française sur le site de la Piste de Saint-Elie (ECEREX) et à la station des Nouragues. Il a ensuite élargi son champ de recherche à différents modèles animaux vivant dans des biotopes variés. Il était reconnu comme un spécialiste de l’écologie comportementale et avait apporté des données nouvelles sur l’écologie évolutive des signaux colorés. Il était un spécialiste de l’écologie physique des environnements lumineux et de la modélisation physiologique de la vision des couleurs, appliquée à l’étude de la sélection naturelle (camouflage, mimétisme) et de la sélection sexuelle (parades nuptiales). Ses travaux ont eu un impact important dans divers domaines tels que la relation proie-prédateur, la sélection des habitats et les effets de la pollution lumineuse. Outre ses nombreuses publications scientifiques, il a eu un rôle fédérateur au sein de la communauté de l’écologie comportementale.

Ses collègues appréciaient son enthousiasme pour les questions scientifiques et regretteront sa présence dynamique dans l’Unité. Ils partagent la tristesse de sa famille, à laquelle ils adressent leurs très sincères condoléances.