Lieu: visio (a priori)

RésuméL’histoire évolutive des archosauriformes est caractérisée par une grande diversité de modes de locomotion, parfois suggérée comme centrale dans la radiation des dinosaures à partir du Jurassique. Cette diversité de modes de locomotion a provoqué plusieurs spécialisations morphologiques au niveau du fémur, qui n’ont jamais été étudiées en morphométrie géométrique 3D. Dans cette étude, nous avons étudié 72 fémurs de 36 espèces d’archosauriformes ayant vécu avant la crise Trias/ Jurassique et ainsi isolé les différentes variations morphologiques associées aux modes de locomotion et à l’influence de la taille corporelle. La variation liée aux différences de modes de locomotion présente une association significative avec la phylogénie des archosauriformes tandis que celle liée à l’influence de la taille corporelle est clairement convergente entre les deux grands clades étudiés : les avemetatarsaliens (clade incluant les dinosaures) et les pseudosuchiens (clade incluant les crocodiliens). Notre étude démontre également une covariation entre la taille corporelle et le mode de locomotion ainsi qu’une variation différentielle du 4e trochanter (attache musculaire principale des muscles reliant le membre postérieur et la queue) entre ces deux facteurs. Ces résultats nous permettent d’identifier des homoplasies potentielles dans les analyses cladistiques des archosauriformes du Trias ainsi que d’estimer le mode de locomotion, parfois controversé, de certains archosaures avec un taux de succès de 93% en utilisant uniquement la morphologie du fémur. Nos résultats permettent de mieux comprendre l’histoire évolutive des premiers dinosaures et offrent ainsi la perspective d’étudier sous un nouvel angle l’adaptation convergente entre dinosaures bipèdes et quadrupèdes à un poids massif.