Lieu: Paris

Résumé: En tant qu’interfaces entre l’environnement intérieur et extérieur, les enveloppes de bâtiment jouent un rôle majeur dans l’efficacité énergétique du bâtiment. Elles doivent être multifonctionnelles et adaptatives au fil des jours et saisons. Soumis aux mêmes pressions environnementales, les organismes biologiques ont développé des adaptations sophistiquées, notamment à travers leurs interfaces appelées systèmes tégumentaires. Les téguments des organismes vivants, aussi divers que la peau, les poils, les cuticules, etc. permettent de gérer les mêmes facteurs environnementaux que les enveloppes de bâtiment. Leurs capacités de régulation thermique, acoustique, lumineuse, hygrométrique et atmosphérique peuvent être quantifiées à l’aide de paramètres physiques tels que l’hygrométrie, la conductivité thermique, la porosité, la compacité, etc.

Cette recherche vise une approche biomimétique par l’étude des enveloppes de bâtiments bio-inspirées existantes sous l’angle de la multi-régulation. Dans un second temps, l’objectif est le transfert des principes de fonctionnement des systèmes tégumentaires pour faciliter la génération de concepts pour améliorer l’efficacité des enveloppes de bâtiment.

 Cette séance de présentation à l’issue des 8 premiers mois de thèse vise un échange avec les équipes MECADEV sur :

    - l’identification et analyse des systèmes tégumentaires
    - la méthodologie de recherche pour l’agrégations de la donnée biologique