Lieu: Brunoy

Abstract: Le cerveau des mammifères adultes conserve sa capacité à générer de nouveaux neurones et de nouvelles cellules gliales (astrocytes et oligodendrocytes myélinisants), à partir de cellules souches neurales (CSNs) localisées dans des zones spécifiques. Différents signaux contrôlent la prolifération et la différenciation des CSNs et des progéniteurs qui en sont issus. Parmi ces signaux, les hormones thyroïdiennes (HTs) sont nécessaires à l’engagement des progéniteurs de la zone sous-ventriculaire (SVZ) vers un destin neuronal. À l’inverse des cellules différenciées, telles que les neurones ou les glies, les CSNs et progéniteurs ont un métabolisme principalement basé sur la glycolyse et sur une faible respiration mitochondriale. L’engagement et la différenciation des CSNs s’accompagne donc de changements métaboliques, et ceux-ci peuvent influencer le choix de destin cellulaire. Nous avons tout d’abord montré que des mécanismes de protection contre l’action des HTs favorisent l’engagement des progéniteurs vers un destin oligodendrocytaire dans la SVZ chez la souris adulte. Une période transitoire d’hypothyroïdisme augmente en effet la génération de précurseurs oligodendrocytaires, permettant par la suite une réparation fonctionnelle plus efficace en cas de démyélinisation. Les HTs jouant un rôle important dans l’activation du métabolisme mitochondrial, nous avons également testé l’hypothèse selon laquelle le choix du destin cellulaire se fait grâce à l’influence de la signalisation thyroïdienne sur l’activité mitochondriale. Nous avons ainsi observé que les cellules s’engageant vers une détermination neuronale présentent une plus grande activité mitochondriale que celles s’engageant vers la voie gliale, tandis qu’un blocage de la respiration empêche les HTs de promouvoir la détermination neuronale. DRP1, modulateur de la division des mitochondries favorisant leur dispersion dans la cellule, est activé par les HTs de façon préférentielle dans le lignage neuronal. Ainsi, l’activation de la respiration et de la division mitochondriales par les HTs favorise l’engagement des CSNs vers une différenciation neuronale.