Lieu: grand amphi d’Entomologie (site Jardin des Plantes).


Résumé:

Afin de se maintenir au sein d’un environnement changeant, les individus doivent mettre en place une réponse adéquate. Il est connu que les animaux ont la capacité d’ajuster leur comportement à leur environnement. Cette plasticité comportementale, permet une réponse adaptée et relativement rapide aux variations de l’environnement, maximisant ainsi les chances de survie et de transmission des gènes. Elle met en jeu des processus cérébraux couteux en énergie rendant ces adaptations particulièrement sensibles à des changements alimentaires. Le but de cette thèse a été de mieux comprendre les facteurs qui contraignent ces réponses chez une espèce à laquelle s’applique une forte pression de sélection. Pour ce faire, nous avons étudié les réponses comportementales d’un primate malgache, le microcèbe gris (Microcebus murinus) soumis à des changements dans la quantité ou la qualité des ressources alimentaires disponibles. La première partie de ce travail s’est intéressée aux effets à court terme d’une restriction alimentaire sans malnutrition. Cette partie comprenait deux études. La première s’intéressant aux effets d’une restriction alimentaire à 60% sans malnutrition sur la plasticité comportementale innée via l’étude de l’horloge biologique. Les résultats de cette étude montrent une diminution de la capacité à se resynchroniser après un décalage horaire en lien avec la perte de poids. Ainsi, les individus perdant le plus de poids sont le moins à même de se resynchroniser sur les cycles lumineux après un décalage horaire de 6 heures. La seconde s’intéressait aux effets d’une restriction alimentaire à 40% sans malnutrition sur la plasticité comportementale acquise et montre diminution de la capacité d’apprentissage des individus restreints après 19 jours de traitement alimentaire sans influence sur la mémoire à long terme. La moindre capacité d’apprentissage chez les individus en restriction calorique est corrélée à la perte de poids, les individus perdant le plus de poids étant les moins performants. Dans une seconde partie j’ai étudié l’effet de modifications qualitatives de l’alimentation à travers une supplémentation à long terme des individus en acides gras polyinsaturés n-3. Cette partie m’a permis de mettre en évidence une amélioration des performances d’apprentissage chez les individus supplémentés après 18 mois de traitement alimentaire accompagnée d’une diminution de l’anxiété et d’une augmentation de la neurogenèse adulte dans 3 zones cérébrales.
Ces travaux démontrent que les variations nutritionnelles, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives sont capables d’influencer massivement les différentes formes de plasticités comportementales et donc les grandes fonctions cérébrales et constituent ainsi un paramètre clé dans l’adaptation et la survie des individus.

Mots clés : Acides gras plolyinsaturés n-3, Microcèbe gris (Microcebus murinus), Plasticité comportementale acquise, Plasticité comportementale innée, Restriction calorique