Par Anick ABOURACHID, de l’équipe FUNEVOL, UMR 7179 MECADEV - Mécanismes adaptatifs et Évolution

Les oiseaux sont caractérisés par leur adaptation au vol. Elle contraint très fortement leur morphologie. Elle implique en effet non seulement la transformation des membres antérieurs en aile, mais aussi une rigidité du tronc et des membres postérieurs très constants dans leur composition (Abourachid & Hofling 2012). Une autre caractéristique morphologique des oiseaux, plus discrète, est leur cou. Il forme la seule partie du corps très variable dans sa composition puisqu’on compte entre 7 à 26 vertèbres cervicales suivant les espèces. Il s’agit de plus d’une variabilité unique chez les vertébrés, dont le nombre de vertèbres cervicales est stable (entre 7 et 10). Nous posons l’hypothèse que cette variabilité augmente le potentiel comportemental et correspond à adaptation morpho-fonctionnelle clef. Du point de vue macro-évolutif, elle favoriserait la radiation phénotypique (Hunter 1998). Par exemple, la flexibilité du cou des oiseaux est utilisée dans des reflexes visuels de stabilisation du regard (Maurice et al 2006), comme le head-bobbing, mouvement longitudinal de la tête pendant la marche. Il existe actuellement peu d’études sur le sujet, par exemple le répertoire comportementale de l’utilisation du complexe tête-cou n’est pas quantifié, la répartition des caractéristiques anatomiques en fonction de la phylogénie et de du mode de vie sont à faire, les mesures cinématiques et fonctionnelles sont très rares, et ne reflètent pas la variabilité comportementale à laquelle nous nous attendons.

Le programme AviNeck, une étude intégrative interdisciplinaire, a pour but de vérifier cette hypothèse d’une adaptation clef. Plusieurs aspects seront abordés, qui permettront de répondre aux questions suivantes. Quels avantages adaptatifs procurent la morphologie du cou chez les oiseaux ? Quelles sont ses caractéristiques anatomiques? Quelles sont les caractéristiques fonctionnelles ? Quelle est l’histoire évolutive du cou des théropodes. ? Un volet appliqué sera développé avec les roboticiens de l’IRCCyN.

seminaire_abourachid.jpg