Par Pauline THOMAS, nouvelle doctorante des équipes FUNEVOL et BIOADAPT, UMR 7179 MECADEV - Mécanismes adaptatifs et Evolution

Le comportement est souvent considéré comme étant plastique, tant dans la durée de vie d’un individu qu’au temps évolutif (Huey & Kingsolver, 1993). Cette plasticité permet aux organismes de réagir rapidement aux changements de leur environnement et de la situation, lorsque les ajustements physiologiques ne peuvent y répondre assez rapidement. Cependant, il existe des cas, comme pour la dispersion et le comportement d’exploration, où il a été montré qu’ils avaient des bases génétiques et qu’ils étaient héréditaires (Weber et al., 2013), mais pas seulement par transmission génétique (Danchin et al., 2011). Ces ajustements permettent aux individus d’être préréglés par rapport aux variations prévisibles de leur environnement (Le Galliard et al., 2013). Toutefois, ce domaine reste largement inexploré chez les primates. Le comportement animal regroupe 5 traits majeurs de personnalité: l’agressivité, la socialité, la timidité, le comportement exploratoire et l’activité (Réale et al., 2007). Dans ce projet, nous voulons étudier l’héritabilité inclusive des comportements d’exploration chez un petit lémurien de Madagascar (Microcebus murinus, Miller 1777) qui vit dans un environnement où les variations saisonnières sont prévisibles (Martin, 1972). De plus, nous voulons comparer l’héritabilité inclusive, c’est-à dire génétique et non génétique (Danchin et al. 2011), de traits de comportement tel que l’agressivité avec des traits de dimensions morphologiques et physiologiques (i.e. morphométrie, métabolisme, réponse immunitaire) et des traits de performance (i.e. cognition, biomécanique du saut & de la morsure), lesquels sont aussi soumis à une sélection (Chazeau et al., 2013). Nous pourrons ainsi estimer si les traits comportementaux sont plus ou moins bien transmis à la descendance que d’autres traits bien
connus pour être héritables.

affiches_seminaires_UMR_Brunoy_Pauline_Thomas.jpg